Le vendeur en viager doit s’acquitter de la taxe foncière

Dans le cadre d’un bien vendu en viager,

la taxe foncière et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

doivent être payées par le vendeur.

Si l’achat d’un logement en viager présente de nombreux atouts, la répartition des charges entre le vendeur et l’acquéreur pose parfois difficultés, notamment en ce qui concerne le paiement des impôts locaux.
Comme le rappelle Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, « à défaut de précision dans le contrat de vente en viager, les dispositions de l’article 608 du code civil relatives aux obligations de l’usufruitier s’appliquent ». Cet article précise que « l’usufruitier est tenu, pendant sa jouissance, de toutes les charges annuelles de l’héritage, telles que les contributions et autres qui dans l’usage sont censées charges des fruits ».

En conséquence, le vendeur, qui s’est réservé l’usufruit jusqu’à son décès, est tenu de s’acquitter de la taxe foncière ainsi que de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

LE PARTICULIER – Stéphanie Alexandre

Lire aussi :

Liens externes :

  • Rép.min. n°78392 au JOAN du 07/06/2016 : vente en viager Contenu accessible uniquement aux abonnés

Laisser un commentaire