QUI SUIS JE ?…

41 années d’activité !

Grenoble, mai 68, 19 ans et un choix s’impose.

Quelle direction prendre? Plus aucune structure ne fonctionne pour avoir une orientation. Dilemme, choisir de continuer ses études ou travailler, la cellule familiale ne pouvant subvenir aux études de chacun des membres (4 enfants). Opportunité et démarrage en qualité d’assistante dentaire. Apprendre en une semaine toutes les procédures et surtout la préparation des interventions au fauteuil;

21 ans : drame familial, le papa handicapé suite à une attaque. Nécessité pour subvenir aux besoins de la famille de reprendre la petite entreprise de constructions métalliques (13 salariés) dans un univers où prédomine le fer et les machines agricoles. Découverte du secteur de l’agriculture, les coopératives, le monde paysan, et le milieu industriel

Puis pendant 20 ans la vie à la montagne !

71/91 – vie en couple et rupture avec la cellule familiale : un autre univers, celui du loisir de montagne. Arrivée à Val d’Isère et pour avoir un logement (les structures sociales n’existaient pas et la vie en station de ski très onéreuse) il fallait donc trouver un poste de concierge (logement fourni) et suite à cette démarche j’ai trouvé un poste d’assistante de direction dans la seule agence immobilière de la station, dans le domaine du syndic d’immeubles, et également de 2 hôtels 3 étoiles, un night-club, 3 garages et des activités auprès de l’office du tourisme.

Mon poste consistait à prendre des blocs entiers en sténo, de les retranscrire à la machine (Olivetti avec ruban rouge et noir, puis IBM avec les premières « boules interchangeables », époque héroïque car il fallait ne faire aucune faute de frappe, pas de correcteur d’orthographe car doubles en papier pelure et carbone, idem pour les procédés gestetner…

Pour suivre mon mari dans son activité professionnelle départ sur la station voisine de TIGNES. A cette époque, il était facile de trouver du travail (toujours des CDI à l’année

LE PARCOURS DU COMBATTANT

Le parcours commence déjà dans le fait que vous êtes demandeur d’emploi à 57 ans, femme, et que dans ces services on ne comprend pas pourquoi à votre âge vous voulez travailler alors que vous avez la possibilité d’aller gentiment à la retraite

Pour préparer ce projet plusieurs embûches à franchir :
•Obtenir une carte professionnelle exige certains critères (en résumé 10 ans d’activité ou un diplôme approprié) Je n’avais que 8 ans 1/2 et pas le diplôme approprié.
• Aussi, contrainte de repasser un BTS Professions Immobilières via une VAE (validation des acquis de l’expérience).
• Préparation du 1er dossier (VAE) à soumettre à l’académie (référentiel costaud pour mes 57 ans : réviser 2 ans de droit, d’économie des entreprises, anglais, et j’en passe)
• Après accord, apprendre, réviser et suivi du GRETA (si l’on peut appeler cela un suivi) et mise en place du second dossier VAE.
En parallèle, préparation du projet et je tiens à souligner que toute l’aide que j’ai obtenue c’est seule et grâce à l’APCE en ligne.
Avec l’aide de la CCI j’intègre mon budget sur logiciel approprié et je commence à contacter les organismes bancaires (Banque Populaire, OSEO, conseil région, aides aux femmes…)

21 novembre VAE : passage devant jury en présence également d’une délégation irlandaise pour voir sur le terrain comment se pratique cette formule afin de l’adapter chez eux. Diplôme obtenu.

Pendant que je travaille à l’établissement du projet, un autre combat se mène avec les ASSEDIC. En effet, cet organisme s’est engagé à m’indemniser jusqu’au 15 septembre 2009 le temps de mettre en place ma création d’entreprise. Et fin 2008 on s’aperçoit que j’ai 60 ans au 1er janvier 2009 et tous mes trimestres.

Déduction : j’ai l’âge de la retraite je dois partir à la retraite… J’ai beau leur expliquer que je travaille justement pour ne pas prendre ma retraite et également parce que je crains que cette dernière soit « légère ». Rien à faire. Les vivres coupées au 1er janvier 2009. Une retraite pas enclenchée et 6 mois sans subside. et un combat d’un an va se dérouler pour obtenir gain de cause en novembre 2009.

Mais que d’énergie, d’argent perdus !

Allez comprendre comment un organisme qui est censé vous inciter à travailler fait tout pour vous démotiver. Il y a là un autre combat à mener….
Dernière phase et non la moindre convaincre les partenaires financiers de faire confiance à une femme de 60 ans?!.
Le Principal interlocuteur la banque (Banque populaire du Massif Central) après examen de mon dossier a accepté de me suivre.
En partenariat avec elle, OSEO qui m’a bien soutenue.
Egalement, l’aide de la région à titre personnel qui malgré le contexte économique et le fait de l’établissement ENCORE d’une agence immobilière a accepté de m’aider.
Et enfin, juin 2008 dépôt des statuts au greffe.

Laisser un commentaire